Publier rapidement et gratuitement ses résultats scientifiques

Publier ses résultats scientifiques gratuitement et rapidement? Maintenant, c'est possible!

 

Qu’on le veuille ou non, la qualité d’un scientifique est mesurée par le nombre (et trop peu souvent) par la qualité de ses publications scientifiques. Malheureusement, publier les résultats de ses recherches est un processus très laborieux. Ce processus est très couteux et nécessite un travail de révision assez long par les éditeurs des journaux scientifiques. Comptez par exemple plusieurs milliers d’euros pour pouvoir publier un article (http://www.biomedcentral.com/about/apcfaq/howmuch).

Bien qu’un processus de révision par des experts du sujet soit un gage de sécurité pour par exemple éviter la publication de faux résultats, il n’en demeure pas moins que beaucoup de fraudes sont détectées, et qu’il est toujours très difficile de savoir qui sont les experts qui revoient les articles avec le risque d’une relecture par un concurrent, ce qui biaise également l’avis final.

De plus, la pression est énorme pour les chercheurs, d’où l’adage « publier ou périr », ce qui limite la qualité des publications et peut forcer certains à frauder.

Heureusement, ces dernières années des évolutions ont rendu l’accès aux données scientifiques plus faciles. Beaucoup de journaux scientifiques proposent désormais une consultation gratuite des articles publiés ou la possibilité de commenter ceux-ci.

Une évolution majeure est par exemple l’arrivée récente des « archives ouvertes ». Citons, HAL (https://hal.archives-ouvertes.fr/), FigShare (http://figshare.com/) et surtout BioRxiv du Cold Spring Harbor Laboratory (http://biorxiv.org/).

Ce système permet à chacun de publier ses résultats, que ce soit avant la publication dans un journal ou de manière définitive. Une fois publié et enregistré dans ces archives ouvertes, l’article peut être modifié en conséquence pendant son cycle de vie, alors qu’une publication classique ne permet pas d’évolution. Notons également que la soumission est gratuite et que les résultats peuvent avoir pour origine des résultats contradictoires avec d’autres recherches ou au contraire les confirmer, alors que les journaux classiques imposent souvent d’obtenir des données innovantes, limitant le partage d’informations.

Les archives ouvertes sont une alternative très intéressante permettant à tous les groupes de DIYbio et aux biohackers de publier leur résultats et de les soumettre à la révision de chacun pour les perfectionner, les discuter, les partager mais également pour créer de nouvelles collaborations.

Pour plus d’informations sur BioRxiv